23 décembre : le bruit du silence (vide fertile ?)


Un lever de jour, un matin d'octobre, après une nuit passée tout là-haut...

Le silence du matin est encore plus présent lorsque le jour se réveille ; en automne ces levers de jour durent longtemps et sont, pour moi, une invitation à encore plus entendre, voir, sentir ce silence ; je suis alors invité à laisser ce silence s'installer en moi, à faire le vide avant l'agitation du travail et du quotidien.

 

Sommes-nous à l'aise avec le fait de laisser s'installer le vide, à le sentir, à le traverser sans chercher forcément à le remplir ? Pouvons-nous vivre pleinement cet inconfort du vide qui peut permettre à ce qui doit émerger du plus profond de nous de le faire ? Réalisons-nous combien ce vide peut être fertile si nous lui laissons l'espace et le temps nécessaires à pouvoir semer de nouvelles graines ?